Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum

Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue
Discussions, échanger des photos de la cite mahieddine

 FAQ{FAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Automédication

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum ->
Divers
-> Santé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
titi
Modératrice

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 3 141
Batiment: C
Localisation: Ile de France...
Point(s): 1 147
Moyenne: 0,37

MessagePosté le: Mar 21 Déc - 13:04 (2010)    Sujet du message: Automédication Répondre en citant

Automédication


Elle se définit par la prise de médicaments sans avis médical.
85% de la population est concerné, les femmes plus souvent que les hommes.
Elle est favorisée par les nombreuses informations médicales trouvées dans les médias et par la publicité. C'est souvent une solution d'attente : « ça va passer tout seul », ou par manque de temps ou d'argent pour consulter un médecin.

Cependant l'automédication n'est pas sans danger surtout si elle dure :

Retard de diagnostic : constipation inhabituelle et cancer de l'intestin, brûlure d'estomac et ulcère d'estomac, toux et cancer du poumon par exemple.

Méconnaissance des effets secondaires : anti-inflammatoires ou aspirine chez un malade aux antécédents d'ulcère ou sous anticoagulant. Certains décongestionnants nasaux sont contre-indiqués en cas d'hypertension, de glaucome, de grossesse, etc.
De nombreux médicaments entraînent une somnolence dangereuse pour la conduite ou pour certains travailleurs

Méconnaissance de la composition du médicament : plus de 200 médicaments contiennent peu ou prou de l'aspirine...

Interaction avec un traitement en cours : la cimétidine (anti-acide pour brûlure d'estomac) est en vente libre alors qu'il interfère avec de nombreuses molécules. De même avec les anti-inflammatoires, l'aspirine ou encore avec les pansements gastro-intestinaux qui diminuent l'absorption d'autres médicaments.
Les conséquences sont parfois inattendues telle une grossesse si la pilule a été plus ou moins inhibée par un autre traitement.

Erreur de posologie : entraînant un surdosage parfois grave en particulier chez l'enfant ou avec certaines molécules chez l'adulte.

Toxicité méconnue : c'est souvent le cas des plantes considérées à tort comme sans danger. Par exemple utilisation au long cours de laxatifs aboutissant à la maladie des laxatifs (atteinte de la muqueuse de l'intestin et hypokaliémie).
C'est encore plus vrai en cas de grossesse ou d'allaitement où le nombre de médicaments contre-indiqués est prodigieux.

Aggravation sournoise d'un état au départ peu grave : par exemple,
Infection urinaire évoluant à bas bruit avec un traitement à base de petits antiseptiques urinaires.
Infection pulmonaire traitée par un simple sirop.
Chez l'asthmatique, abus de spray qui peut déboucher sur un service de réanimation.
Prise d'anxiolytiques seuls, masquant ainsi pendant un certain temps (parfois précieux) une dépression débutante.

Non prise en compte d'allergies potentielles

On pourrait multiplier les exemples à l'infini...
L'automédication doit être utilisée à bon escient, en connaissance de cause, et pour une durée très limitée. On ne s'improvise pas médecin, c'est dangereux ! D'ailleurs les fabricants se protègent en notant dans toutes les publicités (en petits caractères) : « pas d'utilisation prolongée sans avis médical »... et aussi (toujours en petits caractères) « lire la notice avant l'emploi » ...

_________________
Pas peur la dame


Dernière édition par titi le Mar 21 Déc - 13:26 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 21 Déc - 13:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
titi
Modératrice

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 3 141
Batiment: C
Localisation: Ile de France...
Point(s): 1 147
Moyenne: 0,37

MessagePosté le: Mar 21 Déc - 13:08 (2010)    Sujet du message: Automédication Répondre en citant

Les dix commandements de l’automédication

Mis à jour : Jeudi, 26 Mars 2009
Au quotidien, il est fréquent de tenter de soulager - sans consultation médicale préalable - divers maux passagers et sans gravité. Dans certaines maladies chroniques (rhinite allergique, arthrose, etc.), lorsque le diagnostic est bien connu, on peut également traiter soi-même les rechutes. Pour être pratiquée de manière responsable et en toute sécurité, cette automédication doit suivre certaines règles.

Demandez conseil à votre pharmacien.
Bien que l’efficacité et la sécurité de tous les médicaments soient dûment établies, il vaut mieux s’informer avant d’acheter un médicament ne nécessitant pas d’ordonnance. Pour être pharmacien, il faut avoir suivi au minimum six ans d’études universitaires exigeantes. Les connaissances acquises et tenues à jour grâce à la formation continue donnent au pharmacien la compétence d’un conseil éclairé. Votre pharmacien est donc en mesure d’offrir un conseil avisé. Pour bien vous conseiller, il doit savoir à qui est destiné le médicament et dans quelles circonstances il va être employé.

Consultez votre médecin en cas de doute si vous êtes enceinte, si vous allaitez, ou pour un bébé.
Avant tout traitement, il faut savoir quel est le problème de santé en cause. Seuls les maux que chacun peut reconnaître aisément peuvent être raisonnablement du domaine de l’automédication. Lorsque les symptômes sont douteux, violents ou persistants, il est vivement recommandé de consulter un médecin pour un examen plus approfondi. Il en va de même lorsqu’aucune amélioration ne se fait sentir après la prise d’un médicament adéquat. Les femmes enceintes, celles qui allaitent, ainsi que les bébés ne devraient jamais recevoir un médicament sans avis médical.

Pratiquez une automédication de durée adaptée.
Si l’état général empire durant le traitement ou si aucune amélioration n’intervient, la consultation médicale s’impose. Dans tous les cas, ne dépassez pas les durées de traitement mentionnées sur l’emballage.

Ne pratiquez pas une automédication honteuse.
Si vous consultez votre médecin après une tentative d’automédication restée sans effet, ne lui cachez pas les traitements que vous avez pris de votre propre chef ou que vous prenez encore. Votre médecin est habitué au fait que ses patients essaient de soulager eux-mêmes leurs petits maux et il ne vous jugera pas.

Lisez la notice et gardez l’emballage.
L’emballage ne sert pas seulement à protéger son contenu, il porte également de précieuses indications comme le nom du médicament, son fabricant, la teneur en principe actif et la date de péremption. C’est pourquoi il convient de le conserver.

Lisez attentivement la notice du médicament. Elle précise ses indications, sa présentation, sa composition, les doses préconisées en fonction de l’âge ou du poids, la façon de le prendre, la durée maximale du traitement avant d’aller consulter, les précautions d’emploi, ses effets indésirables possibles et ses conditions de conservation.

Evitez le cumul de médicaments.
La prise simultanée de plusieurs médicaments peut renforcer ou au contraire affaiblir leurs effets, ou encore augmenter le risque d’effets indésirables. Pendant toute la durée d’un traitement prescrit, il importe donc d’informer son médecin de la prise éventuelle d’autres médicaments en automédication.

Evitez l’alcool.
L’alcool est capable de modifier l’effet de nombreux médicaments, ce qui augmente le risque d’effets indésirables. Conjugué à certains médicaments, l’alcool diminue la vitesse de réaction, très importante pour conduire un véhicule ou utiliser une machine.

Conservez correctement vos médicaments.
Sous l’influence de la lumière, de la chaleur ou de l’humidité, les médicaments peuvent se détériorer. Pour leur assurer une bonne conservation, stockez-les au frais, au sec et à l’abri de la lumière. Les armoires spéciales vendues dans le commerce conviennent très bien.

Soyez vigilant avec les enfants.
Pour éviter les accidents, il est absolument nécessaire de garder les médicaments hors de portée des enfants, en hauteur ou dans une armoire fermée à clef. Evitez de les laisser dans les tiroirs de la table de nuit, ainsi que dans les placards de la cuisine ou de la salle de bains, s’ils ne ferment pas à clef. Seule exception à cette règle : les vaccins et les suppositoires, ainsi que certaines suspensions buvables reconstituées à partir d’une poudre (le plus souvent des antibiotiques), qui doivent être rangés au réfrigérateur. Dissimulez-les au fond, sur la plus haute étagère, mais ne les y oubliez pas !

Sachez renoncer à l’automédication.
Se soigner sans consultation médicale n’est valable que pour des affections connues et bien définies. En présence de certaines maladies chroniques, par exemple un diabète, une affection cardiaque, un système de défense affaibli ou des troubles connus du foie ou des reins, le médecin devrait être consulté au préalable, même s’il s’agit de petits maux. Ceci est également valable lors de la survenue subite de troubles non explicables.

http://www.vidal.fr/les-produits-grand-public/guide-de-lautomedication

_________________
Pas peur la dame


Revenir en haut
titi
Modératrice

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 3 141
Batiment: C
Localisation: Ile de France...
Point(s): 1 147
Moyenne: 0,37

MessagePosté le: Mar 21 Déc - 13:15 (2010)    Sujet du message: Automédication Répondre en citant

Prendre un médicament sans ordonnance pour un rhume, une migraine, des maux d’estomac… nous le faisons tous, et de plus en plus. Rappel des règles de bonne pratique.

Les citoyens et les médicaments : une histoire d’amour qui se confirme, à en juger par un récent sondage indiquant que 71% des Français pratiquent l’automédication pour leurs maladies courantes (1). « Cette pratique a toujours existé », constate Christophe Prudhomme, médecin urgentiste au Samu de Seine-Saint-Denis (2). « C’est, de plus, une particularité des Français de stocker beaucoup de médicaments. »
Cette automédication est d’ailleurs facilitée par le décret de juillet 2008 autorisant les pharmaciens à mettre devant leur comptoir, en libre service, certains médicaments (3). Antidouleurs, produits dermatologiques, d’ORL, d’ophtalmologie ou de gastro-entérologie, produits de sevrage tabagique…: des produits pour traiter les maux du quotidien, et jugés par l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) comme pouvant être utilisés sans intervention d’un médecin. Le but ? Créer la concurrence entre les pharmacies dans l’intérêt du consommateur mais, surtout, responsabiliser ce dernier. « Le patient souhaite participer à la prise en charge de sa santé. Ainsi impliqué, il a une meilleure observance de ses traitements. Et dans les faits, il est de plus en plus difficile de consulter un médecin traitant », observe l’urgentiste.

Règles d’usage
Ces médicaments n’en restent pas moins des produits actifs : les risques ne sont jamais nuls. Petit rappel des règles de l’automédication :
Evitez l’automédication en cas d’affection de longue durée (insuffisance rénale, maladie du foie), de maladie chronique avec traitement (diabète, maladie psychiatrique, hypertension). de grossesse, d’allaitement, d’allergie à certains produits, ainsi que chez les enfants.
– Demandez conseil au pharmacien, interlocuteur privilégié en matière d’automédication. Expliquez-lui vos symptômes, sans oublier de mentionner tout autre traitement en cours.
– Lisez la notice d’information et respectez les modalités de prise : doses, fréquence et durée du traitement.
– N’utilisez jamais sans avis médical un traitement pris précédemment, les antibiotiques notamment.
– L’automédication a ses limites : si les symptômes s’aggravent, une consultation s’impose.
– Au moindre problème après une automédication, informez votre médecin des différents médicaments pris.


Attention aux interactions
Selon le ministère de la Santé, chaque année en France les interactions médicamenteuses sont responsables de 128.000 hospitalisations et 8.000 décès. « Environ 10% des patients des urgences sont là pour des problèmes de iatrogénie (troubles provoqués par la prise de médicaments) », constate Christophe Prudhomme. Les médicaments pouvant être obtenus sans prescription médicale sont aussi concernés. Voici quelques exemples et mises en garde :

Douleurs et fièvres
Un mal de tête, une petite fièvre… Notre réflexe : prendre un antalgique. Des médicaments courants, mais pas inoffensifs pour autant.
Le principal danger du paracétamol est le surdosage, qui peut endommager le foie de manière irréversible. Ne jamais dépasser les doses indiquées (4 grammes par jour chez l’adulte) et respecter un intervalle minimal de 4 heures entre chaque prise (6 chez l’enfant). En cas de traitement en cours, vérifier qu’aucun des médicaments ne contient du paracétamol. C’est le cas notamment de certaines spécialités contre le rhume : Dolirhume, Humex rhume, Actifed, Fervex, Migralgine.
L’aspirine (ou acide acétylsalicylique) et l’ibuprofène sont des anti-inflammatoires contre-indiqués en cas d’antécédents d’ulcères, d’hémorragies, d’allergies ou d’asthme liés à la prise d’aspirine ou d’autres anti-inflammatoires, de maladie grave du cœur, du foie ou des reins, ainsi que chez la femme enceinte à partir du sixième mois de grossesse. L’aspirine et l’ibuprofène ne doivent pas être pris en même temps que d’autres anti-inflammatoires, sous peine de majorer le risque d’ulcère et d’hémorragie digestive. A proscrire donc, l’association aspirine (Aspro, Aspégic) et Advil, Antarène, Rhinadvil, Rhinureflex (qui contiennent de l’ibuprofène). En revanche, il est possible d’alterner aspirine et paracétamol. Enfin, l’aspirine et l’ibuprofène ne doivent pas être associés aux anticoagulants oraux (anti-vitamines K, comme le Sintrom).

Rhume
Les décongestionnants nasals à base de pseudo-éphédrine (Rhinadvil, Dolirhume, Humex, Actifed) ne doivent pas être utilisés en cas d’hypertension artérielle grave, de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral, d’antécédents de convulsions, de certaines formes de glaucome ou de troubles de la prostate. Dangereuse également l’association avec d’autres vasoconstricteurs et certains antidépresseurs (Marsilid). Dans tous les cas, ne jamais poursuivre le traitement au-delà de cinq jours.

Toux
Il convient tout d’abord d’identifier sa toux : si elle est sèche, opter pour un antitussif qui calmera les irritations; si elle est grasse, un sirop expectorant est indiqué pour fluidifier les sécrétions. Les deux ne doivent pas être pris en même temps car la toux est un mécanisme naturel de défense qu’il ne faut pas entraver.
Attention avec les antitussifs à base de pholcodine (Clarix, Humex toux sèche) : ils induisent une somnolence, majorée avec la prise d’alcool et les anxiolytiques à base de benzodiazépines (Xanax, Valium, Lexomil, Lyxancia…). On évite donc ces associations et a fortiori la prise de volant après. Demeure en outre la question de l’efficacité de ces produits. Pour Christophe Prudhomme, des petits gestes tels qu’humidifier l’air intérieur de sa maison, prendre une grande tisane additionnée d’une cuillère de miel avant de se coucher sont souvent beaucoup plus efficaces.

Brûlures d’estomac
De nombreuses spécialités (Gavisconell, Rennie) contiennent des antiacides qui ont l’inconvénient de diminuer l’effet de certains médicaments. Respecter un intervalle minimal de deux heures avec les autres traitements afin d’en préserver l’efficacité.

(1) Les laboratoires pharmaceutiques marchent à l’ombre, sondage réalisé par GfK HealtCare en janvier 2010 auprès de 1.002 personnes.
(2) Coauteur de Je me soigne sans ordonnance (Hachette Pratique, 2010)
(3) Décret « Médicaments de médication officinale », publié le 1er juillet 2008. Liste des médicaments disponible sur www.afssaps.fr

Médicaments sur Internet : on s’abstient
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 50% des médicaments vendus sur le Net seraient des contrefaçons. « En achetant sur Internet, les consommateurs s’exposent à recevoir des médicaments dont la qualité n’est pas garantie et dont la provenance est inconnue et dont le rapport bénéfice-risque n’est pas évalué », rappelle l’Afssaps. « Les médicaments ne sont pas une marchandise comme les autres. Les pharmacies sont les seuls lieux de vente où leur qualité est garantie », insiste Christophe Prudhomme. Et de préciser que, comme nombre de professionnels de la santé, il n’est pas favorable à une législation de la vente de médicaments sur Internet.


Embarassed désolée c'est un diagnostique sans jeu de mots pour les Français, fel houma il ya khalti B...... A et autres....



_________________
Pas peur la dame


Dernière édition par titi le Mar 21 Déc - 13:24 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
titi
Modératrice

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 3 141
Batiment: C
Localisation: Ile de France...
Point(s): 1 147
Moyenne: 0,37

MessagePosté le: Mar 21 Déc - 13:21 (2010)    Sujet du message: Automédication Répondre en citant

Les risques de l'automédication
L'automédication est une pratique courante dans la migraine. Pourtant, elle risque d'augmenter la fréquence des crises, d'induire des effets secondaires indésirables, de rendre la maladie chronique ou encore de retarder le diagnostic d'une autre pathologie à l'origine des maux de tête. Autant de raisons pour ne pas se soigner seul…


Plus d'un migraineux sur deux n'aurait jamais consulté de médecin. Et parmi les autres, nombreux sont ceux qui errent de consultation en consultation, avec le sentiment qu'on ne les comprend pas… puisque les crises de migraine ne cessent pas. Cela explique certainement en partie la fréquence importante de l'automédication dans cette pathologie. Selon les études, entre cinq et huit personnes sur dix tenteraient de traiter seules leurs migraines.

Plus de mal de que de bien
Des médicaments, consommés à mauvais escient ou abusivement, peuvent transformer les migraines “épisodiques” en migraines chroniques : 3 % des Français souffrent de cette forme très handicapante ! Et, comme dans d'autres pathologies, le mieux est parfois l'ennemi du bien :

L'abus d'aspirine peut exposer à des accidents digestifs graves ; il en est de même pour les anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
Une prise trop importante de paracétamol peut entraîner des problèmes hépatiques ;
Une utilisation excessive de tartrate d'ergotamine (dérivés de l'ergot de seigle) peut être à l'origine d'une accoutumance et d'un ergotisme se caractérisant notamment par une vasoconstriction périphérique sévère. Par ailleurs, le risque d'ergotisme est augmenté par la prise concomitante de macrolides (antibiotiques d'utilisation courante) : l'association tartrate d'ergotamine et macrolide est formellement proscrite ;
Traitement spécifique et efficace de la crise migraineuse, la prescription de triptans doit être suivie avec attention. N'empruntez pas l'ordonnance de votre conjoint et ne forcez pas la dose ! Des consommations trop répétées - ou mal conduites - peuvent parfois avoir l'effet inverse. Enfin, le recours au triptans est déconseillé dans certains cas de dépressions et de maladies cardiovasculaires.
Quand une maladie en cache une autre
Mais, ce n'est pas tout ! L'automédication, qui vise à faire disparaître la douleur, peut, en masquant le symptôme, retarder le diagnostic d'une maladie autre que la migraine vraie. Par exemple, on rencontre fréquemment de faux équivalents de migraine ophtalmique. Ce sont, en fait, souvent des troubles de la convergence visuelle ou bien une très forte myopie. Une visite chez un ophtalmologiste, qui prescrira un traitement adapté voire le port de lunettes, règleront sûrement le problème. Plus grave, les “maux de tête” peuvent avoir pour origine un accident ischémique transitoire, une maladie de Horton ou encore une tumeur cérébrale.


_________________
Pas peur la dame


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:29 (2016)    Sujet du message: Automédication

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum ->
Divers
-> Santé
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com