Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum

Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue
Discussions, échanger des photos de la cite mahieddine

 FAQ{FAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

S'arrêter de fumer avec patchs, gommes...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum ->
Divers
-> Santé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LARSID


Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2012
Messages: 348
Point(s): 1 077
Moyenne: 3,09

MessagePosté le: Lun 30 Avr - 08:37 (2012)    Sujet du message: S'arrêter de fumer avec patchs, gommes... Répondre en citant

TESTEZ VOTRE DÉPENDANCE AU TABAC 



Depuis 2008, la France a pris les grands moyens pour lutter contre le tabac. Il est en effet interdit de fumer dans les restos, bars, discothèques... Alors le mieux ne serait-il pas de s'arrêter dès maintenant pour s’habituer à prendre son petit café sans la cigarette qui va traditionnellement avec ?

Commencez par faire un test médical pour connaître votre dépendance au tabac ! Sachez comment fonctionnent lessubstituts nicotiniques. Et choisissez le plus adapté à "votre cas". Pour en savoir plus, lisez l'interview d'une tabacologueet letémoignage d'une ex-fumeuse qui avoue avoir craqué deux, trois fois.


Auteur : Sylvie Charbonnier. 
Consultant expert : Docteur Béatrice Le Maître, tabacologue au CHU de Caen. 
Janvier 2008.




Sources : Ministère de la Santé, Mission interministérielle de lutte contre la drogue, Comité national de lutte contre le tabagisme.
29/12/2007
 

Test de Fagerström


Vous êtes très accro au tabac ? Pour le savoir, commencez par faire ce petit test médical très simple. Cela vous prendra quelques secondes, le temps de répondre aux six questions du test de Fagerström.

Faire le test

 
SUBSTITUTS NICOTINIQUES : COMMENT ÇA MARCHE ? 
Les effets de la nicotine...
... et ceux de la cigarette.




Évidemment, l’idéal pour arrêter de fumer, quand on est fortement dépendant, est encore d’aller consulter un tabacologue qui saura vous guider individuellement dans ce long chemin semé d’embûches. Cela dit, pour ceux qui ne sont pas trop dépendants, ou qui se font une gloire d’arrêter seuls, il existe des outils très efficaces quand le dosage est bien adapté : les substituts nicotiniques. En les achetant, il ne faut pas hésiter à demander conseil au pharmacien.

Les substituts nicotiniques peuvent s’acheter sans ordonnance. Mais avec une prescription, on est remboursé à hauteur de 50 € par an et par fumeur. Attention, l'ordonnance du médecin ne doit pas comporter d'autre traitement que les substituts nicotiniques.


 


Dépendance à la cigarette


On peut analyser l'action de la nicotine à l'intérieur du cerveau. 


Lorsque l’on fume, la nicotine inhalée sous forme gazeuse, arrive en quelques secondes au cerveau(sur des récepteurs spécifiques), comme un "shoot", générant des effets psycho-actifs et des sensations de plaisir. Ce sont ces sensations de plaisir récurrentes qui vont entraîner la dépendance. Fumer est devenu, pour le cerveau, un besoin.

Quand on arrête la cigarette, le cerveau va réclamer sa dose de nicotine. D’où les symptômes de manque bien connus :stress, nervosité, irritabilité, troubles de l'humeur et dusommeil, difficulté de concentration, augmentation de l'appétit...


 

4 000 produits toxiques


Les substituts nicotiniques apportent au cerveausa dose de nicotine sans passer par les poumons, et sans aucun des 4 000 produits toxiques de la fumée de cigarette. C’est ainsi que le cerveau va, peu à peu, s'habituer à cette nouvelle donne. Le déconditionnement se fait sur plusieurs mois.

Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la nicotine qui est dangereuse, ce sont les 4 000 composés chimiques qui l'accompagnent. Avec des actions dévastatrices sur lesartères, les poumons, de très nombreuses cellules de l'organisme (augmentation des risques des cancers du sein, de la vessie...), ce qui n'est pas du tout le cas des substituts nicotiniques.

DIFFÉRENTS SUBSTITUTS NICOTINIQUES 
Le patch
L'inhaleur
Les gommes
Les comprimés
Conseils importants




Pour arrêter de fumer et minimiser au maximum les risques de rechute, il faut bien gérer la sensation de manque en début de sevrage. Il faut donc utiliser les substituts nicotiniques à un dosage suffisant et ne pas hésiter à les additionner les uns aux autres, tant que dure cette sensation de manque. Mieux vaut garder un patch quelques semaines "de trop" et mâcher aussi des gommes en plus du patch… plutôt que rechuter !

 
Le patch

Vous le connaissez. Il diffuse la nicotine par voie transdermique tout au long de la journée. Il se présente à des dosages différents pour les différentes étapes du sevrage. Le plus fortement dosé est recommandé d'emblée. Mais en cas de fortedépendance, un conseil médical sera nécessaire pour adapter le traitement. Il ne faut pas diminuer trop rapidement le dosage ; la première étape, avec le dosage supérieur, sera prolongée aussi longtemps (1 ou 2 mois) que nécessaire, tant que l'on ne se sent pas prêt à diminuer. En tout, les patchs sont gardés de 3 à 6 mois.

Avantage : 
Le patch diffuse tout au long de la journée et combat efficacement le besoin de fumer (faire une différence entre le « besoin » de fumer et « l’envie » de fumer plus ponctuelle, le fait d'un conditionnement récurrent).

Inconvénient : 
Si le patch combat bien le besoin de fumer, il n’apporte pas forcément une bonne réponse aux envies de fumer : ces envies ponctuelles et très virulentes, après un repas, ou lors d’un pot entre amis. Pour ces envies violentes, il existe d’autres réponses d'ordre psychologique et comportemental, mais on peut aussi ajouter au patch, de façon ponctuelle : un inhaleur, une gomme, ou un comprimé.
 




L'inhaleur


Il ressemble à une sorte de fume-cigarette. Il est blanc (il s’agit d’un médicament, il n’est donc pas très fun…). A l’intérieur, se glisse une petite cartouche avec un tampon poreux, contenant de la nicotine et un peu de menthol. Lorsque l’on inspire dans l’inhaleur, l’air se remplit de micro-gouttelettes chargées de nicotine. Ces micro-gouttelettes se posent sur la muqueuse buccale.

Avantages : 
L’inhaleur fonctionne un peu comme un objet transitionnel (un "doudou"). On le manipule, on le porte à la bouche, on peut le tenir comme une cigarette. Pour ceux et celles à qui le "geste" manque le plus, il est parfaitement adapté. 

Inconvénients : 
Il maintient l’habitude du "geste". D’une certaine manière, il empêche à l’ex-fumeur, d’adopter un nouveau comportement en société. Il est parfois important de se positionner psychologiquement comme un ex-fumeur et d’affronter les situations à risques (les amis fumeurs, les fêtes) dans une nouvelle posture psychologique.


Les gommes


Ce sont des chewing-gums parfumés souvent aux arômes de fruits, à la menthe... Ils sont un peu plus fermes sous la dent qu’un chewing-gum ordinaire. Ils contiennent deux ou quatre milligrammes denicotine (ils en diffusent moins que cela). Il est conseillé de les mâcher lentement au début, de les garder contre la muqueuse de la joue pour leur laisser le temps de diffuser la nicotine. Une partie du produit ira dans la circulation jusqu’au cerveau, une autre partie sera éliminée par voie digestive.

Avantages : 
Le risque, quand on arrête de fumer est de compenser en grignotant et de prendre des kilos en trop ! Les gommes sont sans sucre, elles occupent la bouche et compensent l’impression de faim. On peut les utiliser en plus du patch, lorsque l’envie est trop forte.

Inconvénient : 
Pas toujours d’une grande distinction



Les comprimés



Si mastiquer une gomme n’est pas toujours du meilleur effet, mais que l’envie se fait sentir, il y a toujours la solution comprimé. Il fond dans la bouche ou se glisse discrètement sous la langue et diffuse par voie sub-linguale. Il contient généralement 1 à 2 mg denicotine et agit très rapidement. Il est parfumé aux arômes de fruits, à la menthe... 

Avantages : 
La discrétion et la rapidité d’action pour le comprimé sublingual. Parfait en réunion de travail !

Inconvénient : 
Il peut "picoter" la langue, mais on s'y habitue vite..

.

Conseils importants


> Il n'y a aucune contre-indication à utiliser des substituts nicotiniques qu'il s'agisse de fumeurs coronariens ou de femmes enceintes. Il ne faut pas se tromper d'ennemi : entre cigarettes et substituts nicotiniques !

> Les gommes, inhaleurs, comprimés, peuvent être utilisés en quantité suffisante, autant de fois que l'envie de fumer survient tout en analysant le pourquoi de ce désir compulsif. Trop souvent les personnes souhaitant arrêter de fumer s'interdisent à tort de prendre un chewing-gum à la nicotine.






Interview du Docteur Béatrice Le Maître, tabacologue au CHU de Caen.

Peut-on s’arrêter de fumer tout seul ? 
Bien sûr ! Et c'est le cas pour de nombreux fumeurs. Il suffit bien souvent d’un déclic. Cela dit, arrêter de fumer est une chose. Tenir le coup dans la durée en est une autre. Il faut savoir que la rechute fait partie du sevrage… Dans certains cas, arrêter "seul" s'avère impossible. Il ne faut pas alors hésiter à se faire aider et à se faire suivre. La difficulté ne vient pas d'un manque de volonté. La difficulté est que le tabac est une drogue"dure" pour certains fumeurs. Et puis il y a la question des co-addictions, des terrains dépressifs qui ont besoin d'un accompagnement adapté et prolongé.

Quels sont les pièges de l’arrêt du tabac ? 
Le piège principal c’est la tentation de reprendre une cigarette "pour voir", c'est l'environnement, la vie sociale quand il y a beaucoup de fumeurs... Souvent, on arrive assez facilement à arrêter la cigarette. Mais le plus difficile est de se trouver dans une situation de fête ou de stress, sans se rabattre sur la cigarette. Le conditionnement psychologique est puissant et très opérant. Dans ces moments là, il faut se montrer particulièrement vigilant.


CONSEILS D'UNE TABACOLOGUE 
Une cigarette de temps en temps ?
Si on n'arrive pas à arrêter ?



Interview du Dr Béatrice Le Maître - 2.


Est-ce qu’on peut fumer une cigarette de temps en temps ? 
Un fumeur qui a été dépendant ne peut devenir un fumeur occasionnel. S’imaginer que l’on peut gérer une cigarette de temps en temps est un leurre. C’est ça le grand piège. Plus une cigarette ! Une seule cigarette, c’est la porte ouverte à la rechute, même avec beaucoup de volonté.

Comment faire pour éviter cette cigarette ? 
Il existe maintenant toute une panoplie de substituts nicotiniques qui peuvent couvrir, aussi bien le besoin de fumer des premiers jours d’arrêt, que l’envie occasionnelle. Il ne faut surtout pas hésiter à s’en servir. C’est toujours mieux qu’une cigarette. Le fumeur reconnaît très vite les situations à risque de reprise de cigarettes : s'y préparer, développer ses propres stratégies de résistance, est toujours très efficace.


Interview du Dr Béatrice Le Maître - 3


Que faire si on est perdu ou si on n'y parvient pas ? 
Le mieux est de prendre un rendez-vous dans une consultation spécialisée de tabacologie. Une alternative est d'appeler Tabac Info Serviceau 0825 309 310 et de demander à être mis en relation avec un tabacologue qui pourra faire le point avec vous, et vous donner des conseils adaptés.

A lire aussi nos dossiers :
"Tabac : éviter la rechute !"
Vaincre ses angoisses, phobies et anxiétés !



Témoignage de Léa

La photo ne correspond pas au témoin.

Léa, 46 ans, une ex-fumeuse qui craque parfois...

Cela fait combien de temps que vous arrêtez de fumer ? 
Deux ans. J’ai longtemps fumé quand j’étais jeune. Puis j’ai arrêté très facilement quand j’étais enceinte. La motivation de l’enfant est la meilleure. J’ai repris il y a cinq ans alors que mon couple traversait une crise. Depuis deux ans je n’arrête pas d’arrêter. Je tiens le coup deux ou trois mois et au moindre stress, je rechute.

Vous savez pourquoi vous rechutez ? 
Oui, je crois. Je n’ai pas assez de patience et je ne garde pas les patchs suffisamment longtemps. En fait comme j’arrête assez facilement, à chaque fois, je me fais piéger. Je crois être sortie d’affaire et je rechute.

Est-ce que vous gardez espoir ? 
Oui. J’ai de nouveau arrêté de fumer. Je sais qu’il me faut du temps. J’ai acheté un stock de patchs et de gommes. Et j’ai compris que la rechute fait partie du sevrage. Il faut juste que je m'habitue à mon statut d’ex-fumeuse et que j’apprenne à gérer les moments difficiles sans passer par la cigarette. Ça c’est un vrai travail psychologique. La cigarette n’est pas une solution. Au contraire, c’est un embarras de plus.


 


 

 

 

 

 



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Avr - 08:37 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ouled Cité Mahieddine Ayoune el zorgue Index du Forum ->
Divers
-> Santé
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com